A l’heure du digital, comment sauver les marques ?

S’en est fini pour les marques, l’ère de la « toute puissance » à cause du changement des modes de consommation.

Le digital a fait une entrée fracassante dans le monde du luxe. Il a permis aux consommateurs, équipés pour la majorité des outils numériques, d’en tirer différents avantages : le choix d’acheter où il le souhaite, quand et comment. Le consommateur a pris l’habitude de cette immédiateté, mais aussi de donner son avis sur une majorité des sites qui le permettent.

Le BtoB ou le secteur du luxe ne sont plus des refuges sûrs. En effet, l’enjeu dans les années à venir est de remettre « le consommateur, son comportement et son pouvoir, au centre de la réflexion marketing » et donc qu’il ait une « expérience unique et plus riche ». Les consommateurs, ainsi que les marqueters vivent la plus grande révolution depuis 40 ans, et cela « à cause » du digital.

L’évolution du luxe, mais aussi de la consommation passe donc, inévitablement par la dimension technologique (et non plus seulement par l’image de la marque ou autres aspects inconscients du consommateur, voir ci-dessous).

expc3a9rience-vs-publicitc3a9

Quelle agence peut donc s’en servir et prétendre faire de la communication digitale, sans pour autant maîtriser la puissance de cette nouvelle technologie ?

Les clients de ces agences attendent toujours plus d’elles, ils les challengent… Elles doivent donc répondre à ces nouvelles demandes, c’est sans doute à cet instant que l’on peut apercevoir leur incapacité grandissante à répondre aux enjeux de notre monde digital.

« La maîtrise de la DMP (Data Management Plateform) et de la datascience est fondamentale pour appréhender les parcours consommateurs et engager une relation individuelle avant même que l’on puisse parler de prospect identifié. »

Evoluer pour répondre aux nouveaux enjeux des marques.

Les marques ont donc besoin d’être accompagnées par des agences capables d’apporter une vision comportementale du consommateur, tant bien par la pensée du consommateur, que son comportement dans la dimension digitale au quotidien.

Cependant, peu d’agences ont intégré pleinement ce genre d’expertise, de maîtrise du digital.

Il est évident et nécessaire que les futures agences seront bâties sur le modèle reposant sur l’association intime de ces expertises. Elles pourront donc accompagner les clients dans la « transformation de leur marketing, dans l’identification de nouveaux leviers de croissance et dans l’optimisation de leur dispositif omnicanal. »

Calliope de Haut de Sigy

Source : JournalDuNet.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s